POUR INFORMATION : Les factures de demi-pension du 3ème trimestre sont en cours de distribution par la vie scolaire.

Les familles qui n'ont pas opté pour le prélèvement automatique ont à régler les factures avant le 20 mai.

La facture pour les familles ayant choisi le prélèvement comporte une erreur dans le libellé du titre : il faut lire (Avril-Juillet) et non (Avril-Mars).

N'hésitez pas, si besoin, à contacter le service de gestion.

Biographie de Gustave ROUX (1896 – 1976)

 

Né à Hyères, Gustave Roux voua sa vie à l’érudition, à la pédagogie et à l’histoire locale. Il fut aussi un défenseur acharné de la langue provençale. Il écrivit une grammaire pour faciliter l’apprentissage du provençal, malheureusement jamais publiée. Elle fut toutefois couronnée du Grand Prix des Jeux Floraux du Félibrige (1934).

Instituteur puis professeur, il enseigna à Ampus, La Crau et Hyères où il resta en poste trente ans, terminant sa carrière au C.E.G. Anatole France.

Il connaissait parfaitement l’histoire de Hyères et de sa région. A partir de nombreux documents trouvés dans les bibliothèques et archives communales, il rédigea un joli livre : « Pages d’Histoire d’Hyères ». Il est également l’auteur d’un ouvrage historique « Le souvenir de Jules Michelet à Hyères » (1933) et d’un petit livre devenu bien rare : « Contes, récits et légendes du Pays Hyérois » (1957). Sur ce même thème, il publia de nombreux articles dans des journaux de l’époque notamment « La Vie Hyéroise », « Var-Matin-République ».

Ses nombreuses recherches l’amenèrent à rédiger un manuscrit intitulé « Folklore enfantin – Département du Var – Hyères, par G. Roux instituteur » (1931). Ce travail, élaboré auprès des élèves de l’Ecole de Garçons de Hyères a été adressé au Musée National des Arts et Traditions Populaire à Paris.

Ses funérailles furent l’occasion d’un hommage public à une personnalité valeureuse et estimée de la part de la ville de Hyères et du pays hyérois.

En 1981, la ville de Hyères l’honora en donnant son nom à l’une des rues de la cité. Le nom de Gustave Roux orne également le fronton d’un collège renforçant aussi la reconnaissance due à un érudit local dont l’œuvre est bien trop méconnue.

 

Notons qu’il était le père de Paul Roux (1921-1991) qui fut dans sa lignée puisque également érudit provençal, professeur de provençal aux facultés d’Aix et Nice, collaborateur à l’« Atlas Linguistique de Provence », éminent conférencier. Il fut le fondateur de l’Association Varoise pour l’Enseignement du Provençal (1971) et le Capoulié (Président) du Félibrige (1982-1989). Un collège de Fréjus, baptisé de son nom, honore sa mémoire.


Gustàvi ROUX (1895-1976)

 

Neissu à Iero, Gustàvi Roux counsacrè sa vido à l’erudicien, à la pedagougìo e à l’istòri loucalo. Sichè tambèn un aparaire afouga pèr la lengo prouvençalo. Escrivè uno grammatico pèr empura l’ensignamen dóu prouvençau, malurousamen jamai publicado. Pamens fuguè guierdounado dóu Grand Prèmi dei Jue Flourau dóu Felibrige (1934).

Institutour puei proufessour, ensignè à Empus, La Crau e Iero ounte restè trento an, acabant sa carriero au CEG Anatòli France.

Couneissié perfetamen l’istòri d’Iero e de soun relarg. Partènt de doucumen trouva dins lei biblioutèco e archiéu coumunau, publiquè un poulit libre : « Pages d’Histoire d’Hyères ». Es tambèn l’autour d’un oubrage istouri : « Le souvenir de Jules Michelet à Hyères » (1933) e d’un pichoun libre devengu bèn rare : « Contes, récits et légendes du Pays Hyérois » (1957). Sus aquéu tèmo publiquè d’article noumbrous dins de journau de soun tèms coumo « La Vie Hyéroise », « Var-Matin-République ».

Seis impourtanto recerco lou menèron à escriéure un manuscri marca « Folklore enfantin – Département du Var – Hyères, par G. Roux instituteur » (1931). Aquesto obro, amagestrado proche leis escoulan de l’Escolo de Garçoun de Iero es esta mandado au Museon Naciounau deis Art e Tradicien Poupulàri à Paris.

Seis òussèqui sichèron l’escasènço d’un óumage publi à uno persounalita de valour e estimado pèr la vilo d’Iero e lou païs ieren.

En 1981, la vilo d’Iero l’ounourè en baiant soun noum à l’uno dei carriero de la ciéuta. Lou noum de Gustàvi Roux s’escri tambèn au froutoun d’un coulège, refarmant ensin la recouneissènço d’un erudit loucau que soun obro es bèn gaire couneissudo.

 

De nouta, qu’èro lou paire de Pau Roux (1921-1991) que sichè bèn dins sa lignado bord que sabènt prouvençau, proufessour de prouvençau ei faculta de z-Ais e Niço, coulabouradou à l’« Atlas Linguistique de Provence », egrègi counferencié. Sichè lou presidènt-foundadou de l’Assouciacien Vareso pèr l’Ensignamen dóu Provençau (1971) e lou Capoulié dóu Félibrige (1982-1989). Un coulège de Frejus, bateja de soun noum, ounouro sa memòri.

 

Please publish modules in offcanvas position.